2020 démarre sous des auspices prometteurs

 | Paru dans Blog FER Genève  | Auteur : Stéphanie Ruegsegger

En ce début de nouvelle décennie, le SECO a livré deux informations réjouissantes: le taux d’aide sociale a baissé pour la première fois depuis 2008 et le chômage poursuit sa décrue.

Information réjouissante ne signifie pas pour autant situation idéale. Et ces bonnes nouvelles ne doivent évidemment pas nous empêcher de traiter avec la diligence voulue les problématiques actuelles et futures qui pourront se poser au niveau social. Mais elles témoignent de la bonne santé générale de notre économie

Cette situation n’est pas due au hasard. Malgré une croissance anémique, notre pays a su maintenir le cap vers le plein emploi. Différents facteurs expliquent ce résultat: des conditions cadre attractives pour les entreprises, une gestion des finances saine, une main-d’œuvre formée et compétente, et une stabilité tant juridique que politique rassurante. Mais le succès de la Suisse n’est pas ancien, et rien ne le garantit à moyen et long termes.

Alors que nous nous prononcerons prochainement sur des projets qui façonneront l’avenir de la Suisse, il est bon de se souvenir que l’ouverture est l’une des clés de sa réussite. Petit pays sans ressource naturelle et sans grand marché domestique, cette ouverture lui permet d’exporter les biens à forte valeur ajoutée qu’il produit. Elle lui permet également de combler la pénurie de main-d’œuvre indigène, qui ira en s’accentuant à l’avenir. La recherche de personnel qualifié sera l’un des enjeux de ces prochaines années, tant pour la Suisse que pour ses concurrents. Il s’agira donc de garder ces éléments à l’esprit lorsqu’il s’agira de voter pour ou contre l’ouverture de la Suisse.



Poster un Commentaire