Accès au premier emploi: une bataille à gagner

 | Paru dans Entreprise Romande  | Auteur : Grégory Tesnier

Depuis dix ans, la Fondation IPT soutient les jeunes diplômés à la recherche d’un premier emploi grâce à son programme d’accompagnement Jeunes@Work. Ce dernier, gratuit, a permis à quelque trois mille deux cents personnes de moins de 28 ans de trouver un poste. Le taux d’insertion immédiate est ainsi de 70%, après, en moyenne, trois mois de prise en charge pour chaque personne. Un suivi intensif et le soutien des milieux économiques permettent d’atteindre un tel pourcentage. Au-delà de l’aide extérieure ponctuelle apportée par une plateforme comme Jeunes@Work, trouver un premier emploi correspond à une bataille à gagner par tous les moyens pour les jeunes diplômés. Dans cette perspective, des outils et des méthodologies existent pour mettre toutes les chances de son côté.

Jeunes@Work est un programme d’accompagnement gratuit qui a permis, en dix ans d’existence, à plusieurs milliers de personnes de moins de 28 ans de trouver plus facilement un premier travail. A l’origine de cette initiative gérée par la Fondation IPT, on trouve l’appui financier de Patrick Odier. Ce dernier a été rejoint par Credit Suisse et d’autres acteurs du monde économique. Le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) participe aussi, depuis quelques années, à l’effort financier, par l’intermédiaire d’un partenariat public-privé, Check your chance.

Lise Delaloye, codirectrice générale de la Fondation IPT depuis juillet 2018 et membre du comité de pilotage de Jeunes@ Work, explique les différentes réussites d’un programme qui a fêté fin novembre sa première décennie lors d’une cérémonie en présence, notamment, du Conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann.

Pourriez-vous rappeler, en quelques mots, l’histoire du programme Jeunes@Work?

Jeunes@Work est un programme destiné à aider les jeunes diplômés à décrocher leur premier emploi. Il a été mis en place sur l’initiative de Patrick Odier par la Fondation IPT, à Genève en 2008. Aujourd’hui, il est ouvert dans toute la Suisse romande, au Tessin et dans les cantons de Berne, de Bâle et de Zurich. Au niveau de son contenu, le programme combine, généralement pendant une durée de trois à quatre mois, un suivi individuel, des actions de coaching en groupe et des mises en situation des personnes accompagnées sous la forme de jeux de rôles. Les contacts directs avec les entreprises sont également encouragés. Nous rappelons en effet aux jeunes candidats que 70%, voire 80% des places disponibles sur le marché de l’emploi ne se trouvent pas par l’intermédiaire d’annonces publiées sur internet ou ailleurs, mais par l’intermédiaire de relations professionnelles préétablies. Enfin, Jeunes@Work agit en tant que facilitateur pour ouvrir les portes, notamment par le biais de son large réseau d'entreprises partenaires.

A qui s’adresse en priorité le programme Jeunes@Work?

Il s’inscrit tant dans la prévention du chômage des jeunes que dans les mesures permettant de réduire celui-ci. Il s’adresse donc à tous les jeunes âgés entre 18 et 28 ans, qui ont terminé leur formation – du CFC aux études universitaires – et qui souhaitent un soutien pour se positionner efficacement sur le marché du travail. Un tiers des personnes qui entrent dans notre programme le font en prenant directement contact avec nous. Deux tiers des participants arrivent par l’intermédiaire d’un office régional de placement. Jeunes@ Work correspond non seulement aux besoins d’un jeune adulte qui a besoin d'un coup de main pour peaufiner son projet de carrière, mais encore à ceux de participants qui n’ont pas été formés à la recherche d’emploi et à la préparation d’un dossier de candidature ou qui ne possèdent pas un réseau professionnel capable de les aider et de leur fournir des offres d’emplois. Dans la majorité des cas, les intervenants de Jeunes@Work prennent en charge de façon globale et personnalisée les participants et préparent avec eux des plannings de formation et de progression précis. L’objectif est de trouver un emploi et de rendre les jeunes diplômés autonomes et aptes à assumer seuls cette recherche d’emploi. Parfois, cette dernière s’avère plus facile si la personne passe par un stage ou par une autre formation complémentaire.

Comment le programme Jeunes@ Work s’inscrit-il au cœur des missions de la Fondation IPT?

La Fondation IPT a développé de nombreux programmes au fil du temps, que ce soit dans le domaine de l’insertion ou dans celui de la réinsertion des personnes en difficulté face au marché du travail ou atteintes dans leur santé. Jeunes@Work correspond ainsi à une de nos plateformes d’action: elle se caractérise par sa dynamique, qui demande aux équipes d’IPT d’être particulièrement proactives et attentives aux évolutions du marché du travail, notamment aux nouvelles technologies, qui changent les habitudes professionnelles.

Pourriez-vous résumer dix ans de programme Jeunes@Work en quelques chiffres-clés?

Plus de quatre mille cinq cents jeunes adultes ont bénéficié de Jeunes@Work en dix ans. Et 70% d’entre eux ont décroché un emploi. Des résultats plus que réjouissants!

En dix ans, la situation des jeunes diplômés à la recherche d’un premier emploi s’est-elle améliorée en Suisse?

En dix ans, la situation des jeunes diplômés a surtout évolué, plus qu’elle ne s'est améliorée ou dégradée. Les attentes face au marché du travail comme la manière d’aborder celui-ci ont changé chez les nouvelles générations. Les réalités sont également différentes en fonction de chaque tissu économique local et des formations présentes dans les différents cantons. Globalement, le taux de chômage des jeunes reste plus élevé en Suisse romande qu’en Suisse allemande, donc le programme Jeunes@ Work demeure important.

Quel est le futur du programme Jeunes@Work? D’autres initiatives complémentaires de la Fondation IPT pourraient-elles voir le jour?

Jeunes@Work continue de se développer, tant géographiquement – au Tessin et en Suisse alémanique – que dans son contenu. Plusieurs autres initiatives sont aussi en cours pour aider, notamment, les jeunes en difficulté pour entrer en apprentissage.

Le programme Jeunes@Work fait partie de l’association faîtière Check your chance: qu’apporte ce partenariat?

Jeunes@Work reçoit le soutien de Check your chance, qui, en lien avec le SECO et des donateurs privés, permet de financer une partie des actions de coaching, celles à destination des jeunes qui ne bénéficient pas du soutien de l’assurance chômage. Il faut cependant mentionner qu’au minimum deux tiers du programme Jeunes@ Work dans son ensemble sont financés par d’autres donateurs privés et publics. Nous sommes donc continuellement à la recherche de partenaires prêts à nous soutenir.

Plus généralement, au-delà du seul programme Jeunes@Work, comment la Fondation IPT envisage-telle 2019?

Avec enthousiasme! La dynamique de la Fondation IPT est forte et de nombreux projets sont en cours. Le défi sera de garder une base solide afin d’y inscrire les développements possibles.


Découvrez d'autres articles

Le Salon de l'auto confiant et tourné vers l'avenir

Le Salon de l'auto confiant et tourné vers l'avenir

14 mars 2018 - Paru dans Entreprise romande

Alors que plusieurs constructeurs importants seront absents, la 89ème édition du Salon de l’auto évolue en proposant de nouvelles marques et se positionne face à la demande de véhicules à traction...

Lire plus
20 ans de l'euro: le solde des comptes

20 ans de l'euro: le solde des comptes

1er février 2019 - Paru dans Entreprise Romande

Janvier 2019 marque les vingt ans de la monnaie unique européenne avant l’apparition des pièces et billets en 2002. Ce n’est pas qu’une question de tiroir-caisse.

Lire plus
Marché de l'emploi des jeunes: les bon chiffres du KOF

Marché de l'emploi des jeunes: les bon chiffres du KOF

24 janvier 2019 - Paru dans Entreprise romande

Les dernières analyses du Centre de recherches conjoncturelles (KOF) de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) sont rassurantes.

Lire plus