Des bienfaits de la coopération

 | Paru dans Blog FER Genève  | Auteur : Catherine Lance Pasquier

Un nouveau traité de coopération entre la France et l’Allemagne, le traité d’Aix-la-Chapelle, a été signé cette semaine par Angela Merkel et Emmanuel Macron. Il permet de compléter et de renforcer le célèbre traité de l’Elysée, conclu entre le Général de Gaulle et le Chancelier Konrad Adenauer en 1963. Moins de 20 ans après la fin de la Deuxième Guerre mondiale, la France et la République Fédérale d’Allemagne posaient les bases de leur réconciliation par une coopération étroite entre les deux pays.

Le renouvellement de ce traité historique a provoqué dans les deux pays des réactions et des élucubrations de l’extrême-droite nationaliste dont la conception de la souveraineté est telle que même un traité de coopération devient insoutenable.

Ceux qui favorisent le repli sur soi à l’intérieur des frontières nationales tant dans les domaines politiques qu’économiques sont de plus en plus nombreux en Europe. Ils devraient pourtant se souvenir que les heures sombres de l’histoire européenne n’ont pu être surmontées que parce que certains ont eu la capacité de voir au-delà des frontières nationales pour poser les fondements d’une coopération étroite entre les pays.



Poster un Commentaire