Des fermes urbaines dans l’arc lémanique

 | Paru dans Entreprise romande  | Auteur : Flavia Giovannelli
visuel visuel

L’agriculture urbaine a le vent en poupe. Alors que les villes sont partout en pleine expansion, les citoyens veulent retrouver ce lien avec la nature et sont toujours plus soucieux de consommer local. Lors de leur dernière rencontre, en mai dernier, l’Union lémanique des chambres d’agricultures (ULCA) et le Conseil du Léman, deux organismes de coopération franco-suisses, ont communiqué leur intention de promouvoir davantage ce type de consommation dans leur région. Au-delà du rêve bucolique, il faut se pencher sur les contraintes et les atouts de ce type particulier d’exploitations, que l’on trouve déjà à la ferme du Lignon et à celle de Budé, et trouver des moyens de fédérer les forces. 

Pour détailler ces ambitions, une étude a été commandée par AgriGenève et récemment présentée par Fabien Wegmüller, son coordinateur. Le Conseil du Léman, qui réunit les cantons de Genève, de Vaud, du Valais ainsi que les départements français de la Haute-Savoie et de l’Ain, entend se servir de ce document comme d’un outil de communication pour expliquer l’intérêt de développer ce genre de projets. Les auteurs de l’étude se sont penchés sur douze modèles très différents de fermes urbaines dans le monde, dont celle de Budé et du Lignon, ainsi qu’une champignonnière, à Paris. «Par comparaison avec ce qui se fait ailleurs, les intéressés pourront ainsi mieux définir une stratégie adéquate en zone urbaine», résume Fabien Wegmüller. 

En milieu urbain, la question des espaces à affecter pour l’agriculture et le but que l’on poursuit sont primordiaux. Même si, par définition, le milieu bâti ne dispose pas de beaucoup de place, il est important de réserver certains espaces à l’agriculture. Les avantages sont multiples: réhabilitation de terrains en friche, comme d’anciens parkings, ou utilisation des toits, comme cela se voit de plus en plus. Cela permet également de mieux préserver la campagne environnante en évitant d’étendre les constructions. 

Quant au rôle de ces petites exploitations urbaines, il est tout aussi important. Elles peuvent servir de modèle inspirant pour sensibiliser la population aux enjeux du développement durable, car elles préservent la biodiversité. Elles ont aussi un rôle à jouer concernant l’alimentation. Même si les quantités restent insuffisantes pour nourrir l’ensemble de la population, l’agriculture en ville permet de garder le lien avec des cultures de fruits et de légumes de proximité.  Pour Fabien Wegmüller, coordinateur de l’étude, il est important que les agriculteurs organisent des événements autour de leur activité, de manière à faire passer plus largement le message. 

Outre les deux fermes existantes, d’autres projets sont en cours dans le canton de Genève, à Bernex et à Belle-Idée, notamment. «Reste à  convaincre Berne de l’utilité de soutenir financièrement ces concepts novateurs», conclut Marc Favre, président d’AgriGenève et de l’ULCA.


Découvrez d'autres articles

Azote: une sérieuse menace environnementale

Azote: une sérieuse menace environnementale

11 juillet 2019 - Paru dans Entreprise romande

Indispensable à la vie, l’azote est cependant néfaste pour l’environnement lorsqu’il se trouve en trop grande quantité.

Lire plus
Des fermes urbaines dans l’arc lémanique

Des fermes urbaines dans l’arc lémanique

21 juin 2019 - Paru dans Entreprise romande

Avec l’envie de manger plus sain et d’en savoir plus sur la traçabilité des produits, l’agriculture de proximité a une cote montante. Elle prend tout son sens à Genève, où le territoire cantonal...

Lire plus
Les reflets de nos contradictions

Les reflets de nos contradictions

14 février 2019 - Paru dans Entreprise Romande

La mobilité est devenue une valeur: l’individu est de plus en plus évalué par sa capacité à se déplacer et à s’adapter. Or, le rôle des technologies n’est pas sans ambiguïté: d’un côté, nous avons...

Lire plus