Et maintenant, la décroissance!

 | Paru dans Newsletter FER Genève  | Auteur : Olivier Sandoz

Jean Barth, lanceur de nombreuses initiatives, a voulu limiter les Fêtes de Genève. Sa dernière initiative vient d’être refusée. Heureusement, car son acceptation aurait signifié la fin de ces fêtes.

A la suite de cette défaite, on aurait pu imaginer qu’il prenne un peu de recul. Non: maintenant, c’est la population qu’il veut limiter. Il travaille en effet à un projet d’initiative intitulé 500'000, c’est bien assez!. Comme son nom l’indique, ce projet vise à limiter la population à 500'000 habitants. Sachant que le canton comptait 498'000 résidents à fin décembre 2016, il y a fort à parier que si l’initiative devait aboutir, la limite des 500'000 habitants serait déjà dépassée. Faudra-t-il alors expulser des habitants pour respecter le texte? Le cas échéant, lesquels?

Il semblerait que le projet en question ne vise ni les migrants, ni les naissances. Ce qui est rassurant. En revanche,il s’en prend directement à la politique économique genevoise et aux entreprises multinationales, accusées d’attirer trop de collaborateurs à Genève. Cessons d’opposer les petites entreprises aux grandes entreprises, les entreprises locales aux multinationales, un secteur économique à un autre. La diversité est un des atouts de notre tissu économique. Que deviendraient les PME si les multinationales s’en allaient? Contrairement aux idées reçues, toutes les entreprises multinationales ne sont pas d‘origine étrangère, à l’instar des champions des arômes et parfums que sont Givaudan et Firmenich ou de la SGS, numéro un mondial de l’inspection et de la certification. Surtout, elles n’occupent pas que des expatriés. Au contraire: elles emploient même davantage de résidents de longue durée (Suisses et permis C) que les autres entreprises. Selon une étude CREA de 2015, la population active d’origine suisse représente 43,6% du nombre total d’employés des multinationales, contre 42,1% seulement dans le reste de l’économie.

Dans le canton de Genève, quelque neuf cents sociétés multinationales emploient directement plus de 76'000 personnes, soit 27,7% du total des emplois. Elles rapportent au canton plus de dix-neuf milliards de francs en termes d’impact direct. Un tiers des recettes fiscales totales des collectivités publiques genevoises provient des entreprises multinationales et de leurs employés. A l'inverse, plus du tiers des contribuables genevois ne paie pas d’impôt sur le revenu! La croissance économique est indispensable, ne serait-ce que pour lutter contre le chômage. Or, de cette croissance, Monsieur Barth ne veut plus. C’est son droit. Mais aura-t-il le courage d’expliquer les conséquences de son initiative sur l’emploi et les recettes fiscales? Donnera-t-il des pistes quant aux prestations publiques qui ne pourront plus être financées? Il oublie une donnée essentielle: pour redistribuer de la richesse, il faut d’abord en créer.

 


Actus de la FER Genève

Médecins: régulation des admissions

28 mai 2018

Dans le cadre de la révision de la Loi sur l'assurance maladie (LAMal), le Conseil fédéral souhaite pérenniser la régulation du nombre de médecins, afin de freiner la hausse des coûts de la santé...

Lire plus

Quotas en question

16 mars 2018 - Paru dans Entreprise Romande

Les quotas de femmes dans les conseils d’administration: positifs ou non? Il est intéressant de revenir sur cette question aujourd’hui, avec un recul d’une dizaine d’années dans de nombreux pays...

Lire plus
Conseil d'administration de l'OIT: Blaise Matthey élu membre adjoint

Conseil d'administration de l'OIT: Blaise Matthey élu membre adjoint

7 juillet 2017 - Paru dans Entreprise Romande

La Suisse a été élue gouvernement représenté et Blaise Matthey membre adjoint. Rapide tour d’horizon de la conférence.

Lire plus