Financement d'entreprises: conseils pour la cueillette des tokens

 | Paru dans Entreprise romande  | Auteur : Maurice Satineau
visuel visuel

Token signifie jeton en anglais. Ce mot est étroitement lié à la technologie de la blockchain. Le token peut être de la cryptomonnaie, mais il peut également être un titre. C’est précisément la blockchain qui va le garantir; il s’agit bien d’un nouveau marché. Les acheteurs et les vendeurs s’y retrouvent, mais ce n’est pas une bourse centralisée. Chaque transaction fait l’objet d’une validation numérique spécifique, puisque chaque token est construit informatiquement pour un but précis. Pour l’entreprise (souvent une jeune pousse), il existe différentes possibilités. Les jetons virtuels sont associés à des actions, à des revenus futurs lors d’un projet, à des dividendes, à des droits de vote, voire à un droit d’utiliser le futur produit de la société concernée.

ICO

Tout commence avec un ICO. Cette offre initiale de monnaie (Initial Coin Offering) revient à vendre un volume de tokens pour se financer. La transaction ne se fait pas obligatoirement avec des cryptomonnaies. Contrairement à la levée de fonds désormais classique sur le net (financement participatif), les tokens sont échangeables sur un marché secondaire, comme les actions dans la finance classique. Un smart contract est programmé; il permet l’exécution des transactions qui seront validées par la blockchain. Plus de 10% des levées de fonds mondiales passent par ce canal. Cet outil est utile et très lié à la culture financière numérique. Certaines start-up sont en règle du point de vue du système, elles sont néanmoins nettement surévaluées si l’on regarde leur activité économique dans la vraie vie. L’investisseur doit donc faire preuve d’une grande prudence, l’arnaque peut être au bout du clic. N’étant pas un titre de propriété, le token, tout seul, n’offre pas les mêmes garanties que les actions ou les obligations. D’où l’importance de bien connaître son émetteur et le contenu proposé.

Paroles d'experts

L’économie suisse est riche en innovations dans ses 586 000 entreprises et en capital, avec 78 milliards d’épargne chez les ménages et les gigantesques volumes de capitaux sous gestion. Le nombre de sociétés cotées en bourse (219) est dérisoire et les entrées en bourse se font au compte-gouttes. La technologie a toujours accompagné le marché des capitaux et, de ce point de vue, les registres distribués comme la blockchain paraissent séduisants. «Aujourd’hui, le registre des actions est centralisé, avec toute la confiance que cela implique. Avec la blockchain, il est décentralisé et chaque acteur vérifie l’état du registre. Il n’y a plus d’intervenant dominant», selon Sébastien Dessimoz, spécialiste du dossier chez Taurus Group SA.

Tokéniser une action oblige à cadrer correctement ses choix. L’expert Jacques Iffland décrit la manoeuvre. Le droit suisse n’autorise pas l’émission d’actions sous cette forme. On peut en revanche coller une action existante à un jeton informatique. «C’est en quelque sorte une nouvelle version du papier-valeur, en version digitale.» La qualification juridique de l’action ne change pas. L’émetteur doit être capable de vérifier l’origine des fonds qu’il déposera, tôt ou tard, auprès de sa banque habituelle. Le compte bancaire reste obligatoire, mais il est possible de payer des dividendes en cryptomonnaies. Mont Pelerin Group a tenté l’aventure dans son intégralité: des millions de francs suisses d’actions ont été tokénisées à la fin 2018. Travaillant notamment avec des francs suisses, des euros, des dollars, et des ethers (cryptomonnaie), l’entreprise insiste sur la nécessité de vérifier les contributeurs pour rester dans le cadre légal ou pour tout autre motif. Dans son cas, des investisseurs chinois et américains n’étaient pas désirés et le système les a bloqués. La vente digitale nécessite la création d’une plateforme numérique. Cela prend du temps et exige des compétences, toutes les étapes n’étant pas encore standardisées. En Suisse, la Capital Markets and Technology Association (CMTA) fournit des informations très utiles.


Découvrez d'autres articles

La Libra, un signal d’alarme bienvenu, estime Avenir Suisse

La Libra, un signal d’alarme bienvenu, estime Avenir Suisse

13 septembre 2019 - Paru dans Entreprise Romande

L’annonce du projet Libra, qui consiste à créer une nouvelle monnaie électronique et privée, souligne les insuffisances du système financier actuel et devrait servir d’aiguillon à le réformer,...

Lire plus

Diminuer sa facture TVA

13 juin 2019 - Paru dans Entreprise Romande

Si la TVA est en principe à la charge du consommateur final, il arrive qu’elle représente un coût pour l’entreprise. Il existe cependant des moyens de diminuer ces charges.

Lire plus
Impôt sur la fortune: pourquoi de nombreux entrepreneurs se sentent floués

Impôt sur la fortune: pourquoi de nombreux entrepreneurs se sentent floués

4 septembre 2018 - Paru dans Entreprise romande

Le mode de calcul de l’impôt sur la fortune des personnes détenant des parts d’une entreprise non cotée a fait augmenter mécaniquement leur facture fiscale ces dernières années, sans que cela ne...

Lire plus