Jeunes Suisses peu entreprenants

 | Paru dans Entreprise Romande  | Auteur : KAMPFEN, Véronique
visuel visuel

On l’a dit et répété: la Suisse est championne du monde en termes d’innovation et de compétitivité, occupant la première place mondiale à ces titres. Curieusement, ces bons résultats n’ont pas de lien avec l’enthousiasme à créer son entreprise en Suisse, ce dernier étant faible. C’est la Haute école de gestion de Fribourg qui arrive à ce constat dans le cadre du Global Entrepreneurship Monitor, la plus vaste étude internationale consacrée à l’entrepreneuriat.

Entre 2013 et 2016, seuls 8,2% des Suisses ont créé leur entreprise, un pourcentage plus bas que la moyenne des économies basées sur l’innovation – comme les Etats-Unis, le Canada ou l’Australie – qui se situe à 9,1%. La différence est encore plus marquée chez les jeunes générations. En effet, chez les 18 à 24 ans, seule une personne sur trente est en train de monter sa boîte, contre une sur cinq au Pays-Bas, par exemple, ce qui place la Suisse à la vingt-troisième place sur vingt-sept pays comparables. Autre fait marquant: les femmes sont aujourd’hui moins enclines à se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat (32,2%) qu’entre 2011 et 2014 (50%).

De ces résultats, on peut tirer plusieurs conclusions. La création d’entreprise peut venir d’une idée ou d’une envie, mais aussi d’une nécessité, liée par exemple à un marché du travail difficile. Le fait que les jeunes et les femmes ne se lancent pas tête baissée dans un projet d’entreprise peut provenir du fait qu’ils trouvent d’autres possibilités de revenus dans un marché du travail dynamique et que s’ils se décident à devenir indépendants, c’est pour réaliser un projet mûrement réfléchi.

Ça, c’est l’explication optimiste. On peut aussi argumenter autrement: le système scolaire suisse ne favorise pas l’esprit d’entreprise et n’encourage pas la prise de risque. De nombreux organismes essayent de remédier à cela en mettant par exemple sur pied des camps de vacances dédiés à l’entrepreneuriat ou par le biais de nouveaux cursus de formation, comme le CAS en création d’entreprise qui vient de s’ouvrir à la Haute école de gestion de Genève, en collaboration avec la FER Genève.

L’image que l’on se fait des entrepreneurs est sans doute également déterminante face à l’envie de créer sa propre structure. L’attention médiatique sur ce point est moins élevée en Suisse que dans d’autres économies comparables, ce qui peut avoir une certaine influence, tout comme l’envie d’indépendance, qui est clé dans l’acte de la création d’entreprise.


 


Actus de la FER Genève

Etre membre de la FER Genève, c’est faire partie d’une large communauté

Etre membre de la FER Genève, c’est faire partie d’une large communauté

1er septembre 2017 - Paru dans Entreprise Romande

Souriant, Ivan Slatkine, président de la FER Genève, a exprimé sa satisfaction face au succès de la Rentrée des entreprises, attesté par la présence de plus de trois mille personnes.

Lire plus

Péréquation financière: changement de statut pour Vaud et Obwald

18 août 2017 - Paru dans FERinfos

Se basant sur le calcul des indices des ressources et des charges, l’AFC a présenté les chiffres provisoires pour les paiements compensatoires 2018.

Lire plus
La RIE III est morte, vive le PF17

La RIE III est morte, vive le PF17

2 juin 2017 - Paru dans Newsletter FER Genève

La RIE III est morte, vive le PF17 2 juin 2017  | Paru dans  Newsletter FER Genève ...

Lire plus