L'emploi des personnes issues de l'asile sera facilité

 | Paru dans Entreprise romande  | Auteur : Pierre Cormon
visuel visuel

Dès le 1er janvier 2019, il ne sera plus nécessaire de demander l’autorisation d’engager une personne issue de l’asile. Une simple annonce en ligne suffira et les autorités ne pourront plus opposer de refus.

Dès le 1er janvier 2019, il sera plus facile d’engager des réfugiés (permis B) ou des personnes titulaires d’une autorisation d’admission provisoire (permis F ou F réfugié). C’est le résultat de l’agenda commun adopté fin avril par la Confédération et les cantons afin de permettre une meilleure insertion de ces personnes sur le marché du travail. «Chaque fois que l’une d’elles devient financièrement indépendante, les caisses publiques économisent plus de quarante mille francs par an», déclare Nicolas Roguet, délégué genevois à l’intégration.

Des employeurs louent la qualité de cette main-d’oeuvre, généralement très motivée. Les personnes issues de l’asile parlent en revanche souvent mal français et peu ont une formation professionnelle, ce qui rend leur insertion plus difficile. La Confédération a donc alloué des moyens supplémentaires aux cantons pour qu’ils facilitent leur intégration sur le marché du travail. Des mesures destinées à faciliter leur embauche vont également entrer en vigueur le 1er janvier 2019.

Jusqu’à la fin de l’année, les employeurs qui désirent engager un admis provisoire ou un réfugié doivent préalablement demander l’autorisation du canton. Dès le 1er janvier, il suffira de remplir un formulaire simple et de le transmettre en ligne à l’autorité compétente, qui ne pourra pas opposer de refus. «Dès l’annonce faite, la personne pourra commencer à travailler», précise Metin Turker, chargé de projets au Bureau de l’intégration du canton de Genève. «La transmission de l’annonce fait office d’engagement à respecter les conditions de travail usuelles du lieu, de la profession et de la branche», précise la Confédération.

  • Les émoluments que prélevaient certains cantons pour la demande d’autorisation (à Genève: cinquante francs) sont supprimés.
  • Les admis provisoires et les réfugiés seront libres de changer d’employeur, dans n’importe quel canton, alors que jusqu’à la fin de l’année, ils doivent encore en demander l’autorisation.

 

Les annonces se feront sur le site https://www.sem.admin.ch/sem/fr/home/themen/fza_schweiz-eu-efta/meldeverfahren.html


Découvrez d'autres articles

Questions-Réponses sur les vacances

Questions-Réponses sur les vacances

28 juillet 2017

Nos questions-réponses vous disent tout sur ce que prévoit le droit du travail Suisse.

Lire plus
Jobsharing: vers plus de performance

Jobsharing: vers plus de performance

22 juillet 2016 - Paru dans FERinfos

Partager son travail avec un autre collaborateur, c’est une pratique en vigueur dans près de 30% des entreprises helvétiques.

Lire plus
Enregistrement du temps de travail: ça gronde au parlement

Enregistrement du temps de travail: ça gronde au parlement

17 juin 2016 - Paru dans Entreprise romande

Deux interventions déposées par des parlementaires de droite demandent une modification des règles relatives à l’enregistrement du temps de travail.

Lire plus