La Suisse a une carte à jouer!

 | Paru dans Entreprise Romande  | Auteur : Véronique Kämpfen

La peur est mauvaise conseillère. Ce vieil adage est particulièrement vrai pour qui veut utiliser les nouvelles technologies à son profit. La Chine l’a bien compris. Elle a déclaré vouloir devenir le leader mondial de l’intelligence artificielle (IA) d’ici à 2030 et elle y met les moyens. C’est le pays qui fait paraître le plus grand nombre d’études scientifiques sur le sujet – deux fois plus que les Etats-Unis – et dont la population est la plus convaincue des avantages de l’IA. A la question posée par l’agence BETC à douze mille personnes dans trente-deux pays «pensezvous que l’intelligence artificielle fera progresser l’humanité?», 78% des consommateurs chinois «avant-gardistes» et 60% des consommateurs chinois «classiques» répondent par l’affirmative.

En France, ils ne sont que 36% et respectivement 25%. Tout au cours de l’étude, cette différence manifeste se maintient. Les Chinois se réjouissent des avancées technologiques liées à l’IA, étant convaincus que cela les libérera de tâches répétitives tant dans le monde professionnel que privé (ils sont par exemple en faveur d’une commande automatique des aliments manquants par leur frigidaire connecté) et que l’IA créera de nombreux emplois inconnus à ce jour.

Une Chine et, plus globalement, un Extrême-Orient en faveur de l’IA, des Etats-Unis profitant de la présence sur leur sol des plus grandes entreprises actives dans le domaine de l’IA au monde et une Europe très frileuse, voire craintive: voilà comment se dessine la carte du monde de l’IA aujourd’hui. Pourtant, ces grandes lignes cachent des spécificités locales qu’il est intéressant d’analyser de plus près, surtout du point de vue de la Suisse. Si elle n’est de loin pas le pays à produire le plus d’articles de recherche scientifique sur l’IA, ne serait-ce qu’en raison de sa faible population, elle est le pays où l’impact des recherches académiques sur ce sujet est le plus élevé, devant Singapour et Hong Kong, les Etats-Unis arrivant en quatrième position.

Les écoles polytechniques fédérales contribuent à l’essor de l’IA en Suisse, notamment par le biais de nombreuses start-up qui leur sont liées. Parmi les cent start-up IA suisses les plus importantes, 60% sont basées à Zurich, 16% à Lausanne et 7% près de Genève, Bâle ou Berne. Le secret de la réussite: la forte densité d’accélérateurs, d’incubateurs et d’investisseurs dans ces régions. Si ce dernier point peut encore largement être amélioré, les conditions sont réunies pour que la Suisse deviennent leader dans certains domaines bien spécifiques de l’IA, notamment la robotique, la santé, les sciences de la vie, la fintech et l’insurtech. La coopération entre les différents acteurs présents est l’une des clés du succès. De nombreux efforts doivent cependant encore être menés.

La commercialisation des produits issus des start-up doit être améliorée et les défis structurels sont bien réels, notamment la formation continue de compétences spécifiques sur place et l’attractivité de talents venant de l’extérieur. La Suisse a une magnifique carte à jouer en tant que spécialiste de l’IA. A elle de se donner les moyens de ses ambitions en restant ouverte et en permettant la disruption et la flexibilité.


Actus de la FER Genève

Les Crêts de Vésenaz ont 20 ans!

Les Crêts de Vésenaz ont 20 ans!

22 juin 2018 - Paru dans Entreprise Romande

La résidence des Crêts de Vésenaz a ouvert ses portes en 1998, sous l’impulsion de Renaud Barde, ancien directeur général des syndicats patronaux. Elle offre aux personnes retraitées un cadre de...

Lire plus
Deux tiers de lecteurs privilégient le papier, contre un tiers pour l’électronique

Deux tiers de lecteurs privilégient le papier, contre un tiers pour l’électronique

1er septembre 2017 - Paru dans Entreprise Romande

Véronique Kämpfen, directrice de la communication de la FER Genève, a présenté les résultats d’une étude menée sur le journal Entreprise romande.

Lire plus
La RIE III est morte, vive le PF17

La RIE III est morte, vive le PF17

2 juin 2017 - Paru dans Newsletter FER Genève

La RIE III est morte, vive le PF17 2 juin 2017  | Paru dans  Newsletter FER Genève ...

Lire plus