Le numérique sonne-t-il le glas de notre démocratie

 | Paru dans Newsletter FER Genève

En plein débat helvétique sur le vote électronique, l’Université de Neuchâtel,dans le cadre de sa 10ème journée de l’innovation, a posé la question de son rapport à la démocratie.

La démarche des spécialistes se concentre sur la place de l’humain dans ce nouvel environnement. On ne parle plus de bande passante ou de teraoctects, mais de pensée et de projets sociétaux, sans oublier les cadres institutionnels qui donneront, ou pas, de la valeur aux activités humaines de demain. Réunis à la faculté de droit neuchâteloise, les experts sont partis d’un constat redoutable: internet est un outil d’exercice de la démocratie, mais il peut aussi détruire l’organisation du vivre ensemble.

Au cours de l’histoire, les capacités de stockage et d’échange d’informations ont toujours eu une influence forte sur le fonctionnement des sociétés humaines. Aujourd’hui, la crainte d’une perte de contrôle des citoyens au profit des algorithmes, dans des décisions qui concernent la collectivité, se fait jour. «La technologie amène des changements de gouvernance à l’échelle planétaire pour essayer de résoudre des problèmes fondamentaux. La mobilisation en faveur du climat en est un exemple», selon le CEO de Bity SA, à Neuchâtel. Coordonner les énergies via le numérique stimule les mouvements hors des formations habituelles, parfois de façon ponctuelle. Les structures associatives ou partisanes ordinaires ne sont pas assez souples. «La démocratie est un tout. Il faut donner aux citoyens la capacité de participer à l’élaboration de la liste sur laquelle ils se prononceront», estime un autre spécialiste. En définitive, les valeurs de la démocratie seraient donc réinterprétées à l’aune des outils informatiques.

L’Etat est en phase d’apprentissage du numérique pour accomplir ses missions, avec plus ou moins de bonheur. Un Etat fédéral ne réagit pas de la même façon à la vague de la numérisation qu’un Etat centralisé. Les données numériques véhiculent une vision du monde, mais ne contiennent pas la vérité absolue dans leurs conclusions, les données encodées et leurs combinaisons étant préalablement choisies.

Allons-nous vers une démocratie 2.0 ou vers une structure politique post-démocratique? La question se pose; la réponse sera à la fois technologique et politique. Le citoyen pourrait connaître une extension de ses moyens d’action au sein de la collectivité ou, au contraire, sentir une atteinte inadmissible à ses droits civiques les plus fondamentaux.


Actus de la FER Genève

Le monde va-t-il si mal?

26 novembre 2018 - Paru dans Entreprise Romande

La population n’a jamais été aussi bien nourrie, ni si bien instruite. Notre espérance de vie est de plus en plus élevée. Dès lors, comment se fait-il que l’on ne présente que ce qui ne va pas?

Lire plus

Médecins: régulation des admissions

28 mai 2018

Dans le cadre de la révision de la Loi sur l'assurance maladie (LAMal), le Conseil fédéral souhaite pérenniser la régulation du nombre de médecins, afin de freiner la hausse des coûts de la santé...

Lire plus

Prévoyance vieillesse 2020: le modèle suisse en jeu!

1er septembre 2017 - Paru dans Entreprise Romande

Le sens même de cette réforme est de consolider notre système de prévoyance pour que les générations futures puissent toujours en bénéficier. Avec Prévoyance 2020, c’est le modèle suisse qui est en...

Lire plus