Préférence indigène: bon compromis

27 juin 2017  | Paru dans Entreprise Romande  | Auteur : KAMPFEN, Véronique

Donner une chance supplémentaire aux personnes inscrites dans un Office régional de placement (ORP): tel est en substance le but du Conseil fédéral, qui a présenté il y a une semaine les grandes lignes des ordonnances permettant l’application de l’article 121a de la Constitution, qui émane de l’acceptation de l’initiative contre l’immigration de masse.

En clair, dès que le pourcentage de chômage atteindra 5% dans un secteur d’activité donné, les postes vacants de toutes les entreprises de ce secteur devront les annoncer en exclusivité aux ORP, qui pourront en faire profiter en priorité leurs candidats pendant cinq jours.

Or, si le taux de chômage moyen, en Suisse, est d’environ 3,2%, certains secteurs d’activité, comme l’hôtellerie-restauration ou la construction, affichent des taux beaucoup plus élevés, entre 7% et 10%. A l’origine du projet de loi, les régions dépassant un certain seuil de chômage devaient aussi être touchées par ces mesures.

Bien que le Conseil fédéral n’en ait pas fait état dans son communiqué de vendredi, le Secrétariat d’Etat aux migrations a confirmé que les cantons ayant un taux de chômage de plus de 5%, comme Genève et Neuchâtel, pourront appliquer le dispositif. Ils devront en faire la demande à la Confédération.

Certaines voix s’élèvent contre la limite de 5%, qui concernerait 187 000 postes, entraînant une mise en place au niveau des cantons potentiellement lourde. Certaines organisations faîtières de l’économie suisse privilégieraient un taux à 8%, ne concernant plus que 55 000 postes. Au-delà de la question de ces chiffres, il faut rappeler trois choses: le Conseil fédéral a promis un système non-bureaucratique qui devra se traduire en pratique dans la relation entre les entreprises et les ORP. Ces derniers devront se montrer réactifs et à la hauteur de l’enjeu.

Ensuite, cette proposition s’inscrit dans les travaux du parlement qui a voulu préserver les accords bilatéraux, en particulier celui sur la libre circulation des personnes. C’est à saluer. Enfin, en instaurant une forme de préférence indigène aux personnes résidant en Suisse, quelle que soit leur nationalité, elle satisfait l’un des voeux des auteurs de l’initiative contre l’immigration de masse.

Il faudra juger de l’efficacité de la démarche. L’administration fédérale s’est en effet essayée à appliquer une telle mesure depuis le 1er juillet 2015. Les résultats sont pour le moins mitigés. Entre octobre 2015 et mars 2016, sur sept cent trente places annoncées pendant une semaine aux ORP avant d’être ouvertes à un public plus large, trois cents dossiers de candidature ont été reçus par ce biais pour… trois contrats conclus! Espérons qu’à l’échelle de tout le pays les résultats seront plus concluants.


 


CE CONTENU VOUS INTÉRESSE ?

Partagez-le !

Via Facebook Facebook
Via Linkedin Linkedin
Autres