L’homme, cet animal social

 | Paru dans Entreprise Romande  | Auteur : Véronique Kämpfen

La solitude tue plus que l’obésité et le tabagisme modéré. C’est ce que révèle un article paru récemment dans la Revue médicale suisse. A l’heure où nous sommes tous reliés via des réseaux sociaux en ligne, la solitude est-elle encore un problème? Oui, plus que jamais, semblerait-il. L’homme est un animal social qui a besoin d’être sans cesse connecté aux autres.

Et par «connecté», on n’entend pas la connexion virtuelle via les réseaux sociaux, mais bien la connexion en direct, dans la vraie vie, pendant laquelle on n’expérimente pas seulement un échange d’idées, mais aussi un échange de gestes, de regards, d’odeurs. Ce lien direct ne peut en aucun cas être remplacé par des liens virtuels. Les médias sociaux semblent renforcer la tendance à la dépression. Une étude menée par Jean Twenge de l’Université de San Diego, intitulée Pourquoi les enfants super-connectés d’aujourd’hui grandissent-ils moins rebelles, plus tolérants, moins heureux, montre que les adolescents qui passent beaucoup de temps sur ces réseaux affirment davantage que les autres que le futur leur paraît sans espoir ou qu’ils ont le sentiment de ne rien faire bien.

La causalité entre état dépressif et réseaux sociaux n’est pas complètement prouvée, mais le doute s’insinue quand on sait que l’augmentation du suicide chez les jeunes entre 2007 et 2015 (+31% chez les garçons et +50% chez les filles) coïncide avec l’émergence des réseaux sociaux.

La solitude découle aussi du vivre seul. Le nombre de ménages d’une personne n’a cessé d’augmenter ces dernières années, s’établissant à 35% des ménages privés en Suisse. Les causes en sont multiples: la baisse de la fécondité, l’augmentation de l’espérance de vie, la tardivité de la nuptialité et du processus de fondation d’une famille, notamment. Pourtant, vivre seul ne signifie pas forcément souffrir d’isolement social, tout comme vivre à plusieurs n’est pas une garantie contre le sentiment de solitude. En revanche, ce que montrent plusieurs études, c’est que plus les liens et les échanges entre les personnes sont nombreux et forts, meilleure est la santé de chacun. Nous pouvons tous participer à ce renforcement positif des liens.

En cette période de fin d’année, il est bon de penser à ceux que nous connaissons et qui vivent dans la solitude. Les inviter à partager les moments de fête est une excellente initiative, qui devrait déboucher sur une habitude à garder tout au long de l’année. C’est le début d’un cercle vertueux qui profite à tous ceux qui y participent.


Actus de la FER Genève

Médecins: régulation des admissions

28 mai 2018

Dans le cadre de la révision de la Loi sur l'assurance maladie (LAMal), le Conseil fédéral souhaite pérenniser la régulation du nombre de médecins, afin de freiner la hausse des coûts de la santé...

Lire plus
Best for Geneva: les inscriptions sont ouvertes

Best for Geneva: les inscriptions sont ouvertes

15 février 2018

Best for Geneva: les inscriptions sont ouvertes Le programme Best for Geneva 2018 s’inscrit dans le cadre des mesures préconisées...

Lire plus

Péréquation financière: changement de statut pour Vaud et Obwald

18 août 2017 - Paru dans FERinfos

Se basant sur le calcul des indices des ressources et des charges, l’AFC a présenté les chiffres provisoires pour les paiements compensatoires 2018.

Lire plus