Prestations en faveur des PME touchées par les effets du Covid-19

 | Paru dans Entreprise Romande  | Auteur : Pierre Cormon

Le Conseil d’Etat genevois a mis de nouveaux moyens à disposition pour cautionner auprès des banques les entreprises du canton touchées par les effets de la situation sanitaire. Il veut également leur accorder des prêts sans intérêt, en direct.

Quelques heures après la Confédération, c’est le Conseil d’Etat genevois qui a annoncé mercredi des mesures en faveur des entreprises touchées par les effets économiques du coronavirus. Il a massivement augmenté les moyens à la disposition de la Fondation d’aide aux entreprises (FAE) pour cautionner les prêts bancaires, jusqu’à hauteur de 95 millions de francs (à titre de comparaison, en 2018, l’ensemble des interventions de la FAE n’a pas dépassé vingt et un millions de francs). De plus, il a déposé un projet de loi urgent au Grand Conseil pour que la FAE puisse elle-même accorder des prêts aux entreprises dans ces cas exceptionnels, comme celui dans lequel se trouve actuellement l’économie genevoise. Le Conseil d’Etat veut débloquer dix millions de francs à cet effet. «Ces prêts pourront servir à soulager une entreprise connaissant des problèmes passagers, liés à la situation», explique Pierre Maudet, conseiller d’Etat en charge de l’économie. «Ils seront sans intérêt». Comme pour toutes les prestations de la FAE, celle-ci ne pourra être accordée que si l’on juge qu’elle donnera de bonnes chances de survie à l’entreprise. Le Conseil d’Etat réfléchit en outre à permettre aux entreprises de reporter le paiement de l’impôt. Rappel des prestations de la FAE déjà en place pouvant être utiles aux entreprises souffrant de la situation:

Cautionnement de prêts bancaires

La FAE peut cautionner des prêts bancaires, pour autant qu’elle ait une bonne visibilité sur les capacités de remboursement de l’entreprise. Son engagement est proportionnel au nombre d’emplois de l’entreprise – compter de cinquante à quatre-vingt mille francs par emploi, avec un maximum de quatre millions de francs par dossier.

Avance sur factures

Une entreprise peut céder ses factures à la FAE, pour des débiteurs basés en Suisse, pour un maximum de 250 000 francs. La FAE verse immédiatement 80% du montant de la facture à l’entreprise. Quand le débiteur règle son dû, elle verse le solde après déduction d’un intérêt (actuellement de 2%). Cette prestation est particulièrement intéressante pour des entreprises connaissant des problèmes de trésorerie. La FAE ne s’engage cependant que pour les entreprises dont les débiteurs sont jugés fiables. «Reste à savoir si les entreprises affectées par la situation ont des factures à céder», s’interroge Patrick Schefer, directeur de la FAE. A plus long terme, les entreprises touchées par les effets de la crise sanitaire pourraient recourir à deux autres prestations.

Accompagnement à la restructuration

La FAE peut financer un audit dont le cahier des charges est déterminé avec l’entreprise, ou un accompagnement visant à la redresser. Les recommandations doivent permettre d’effectuer une restructuration donnant des possibilités durables de développement. «Nous n’accordons cette prestation que si nous sommes convaincus de la viabilité de l’entreprise», précise Patrick Schefer.

Prise de participation minoritaire

La FAE peut prendre une participation minoritaire dans une entreprise en assainissement (mais aussi en phase de développement). «Nous avons utilisé cet outil dans les crises précédentes et j’imagine que nous l’utiliserons à nouveau pour celle-ci», explique Patrick Schefer. Un ou des investisseurs privés doivent impérativement participer à la recapitalisation à hauteur de 55% au minimum. Que peut-on conseiller d’autre aux entreprises en difficulté? «De donner la priorité à la santé», répond Patrick Schefer. «Pour le reste, il n’y a pas de remède miracle. Il faut se restructurer et supprimer les coûts non strictement nécessaires, essayer d’anticiper les mesures qui pourraient être prises et se préparer à différents scénarios. Quand c’est possible, solliciter les prestations de réduction de l’horaire de travail (appelées communément chômage partiel - ndlr) et tenter de diversifier son chiffre d’affaires. Mais le manque de visibilité rend la tâche plus difficile.»

Pour plus de renseignements: www.fae-ge.ch

Une hotline Covid-19 pour les entreprises

Le Conseil d’Etat du canton de Genève a ouvert une hotline réservée aux entreprises ayant des questions liées à la situation créée par le coronavirus (T 022 388 34 34). Elle vise à leur «communiquer des informations claires et transparentes, comprendre leurs besoins et les accompagner de manière efficace dans leurs démarches».

Genève, les manifestations de plus de cent personnes sont interdites, sauf exception

«Les manifestations publiques et privées, accueillant simultanément moins de mille, mais plus de cent participants sont interdites, sauf si les participants respectent une distance sociale suffisante entre eux», communique le Conseil d’Etat genevois. Par distance sociale, il faut entendre environ un mètre cinquante. «Toute activité annexe est interdite (buvette, cocktail, apéritif, etc.). Ces manifestations doivent obligatoirement être annoncées au Service du médecin cantonal, qui pourra soit fixer des conditions supplémentaires, soit en interdire la tenue si les garanties sont jugées insuffisantes. Des dérogations à l’interdiction de principe peuvent être accordées, sur requête motivée, par le service du médecin cantonal, qui fixe les conditions auxquelles la manifestation est alors soumise.»

Chômage partiel: conditions allégées

Des préavis de réduction de l’horaire de travail (chômage partiel) pourront être déposés trois jours à l’avance, au lieu de dix auparavant, a annoncé mercredi le Secrétariat d’Etat à l’économie. Il s’agit de soulager les entreprises touchées par les effets du coronavirus. Le Conseil des Etats a terminé de réviser la loi sur l’assurance chômage, qui assouplira également les conditions relatives au chômage partiel. Un travailleur à ce régime, notamment, ne sera plus obligé de chercher un emploi. L’entrée en vigueur est prévue pour 2021.


Découvrez d'autres articles

Pourquoi des masques jetables?

Pourquoi des masques jetables?

10 juillet 2020 - Paru dans Entreprise romande Le Magazine

Explications de l’évolution et l’adaptation des masques médicaux à la culture du «tout-jetable»

Lire plus
Intelligence artificielle: séductrice, elle fait frissonner

Intelligence artificielle: séductrice, elle fait frissonner

6 décembre 2019 - Paru dans Entreprise romande

L’intelligence artificielle est beaucoup plus qu’un amas d’ordinateurs performants. Elle devient une manière de penser le monde et l’humain.

Lire plus
La Genève multilatérale renforce ses capacités concurrentielles

La Genève multilatérale renforce ses capacités concurrentielles

3 octobre 2019 - Paru dans Entreprise romande

Le multilatéralisme est né il y a cent ans à Genève, avec la création de la Société des Nations (SDN) et l’Organisation internationale du travail (OIT).

Lire plus