Sécurité alimentaire: pour une agriculture de proximité

 | Paru dans FERinfos  | Auteur : RENAUD, Isaline
visuel visuel

Affaiblissement de la biodiversité, acidification des océans, multiplication des sécheresses, les impacts liés aux changements climatiques sont légion et le temps presse. Le Global Footprint Network a annoncé le 2 août dernier que l’humanité a déjà exploité pour 2017 l’équivalent de toutes les ressources naturelles que la Terre peut fournir en une année, soit une consommation qui dépasse de 70% les ressources disponibles.

Cette problématique représente un défi important pour l’agriculture et la sécurité alimentaire; l’acheminement des matières premières agricoles est menacé, entre autres facteurs, par la montée du niveau de la mer entraînant la fermeture ou la détérioration des points de passage tel que le détroit de Gibraltar ou le canal de Suez.

Face à ce constat l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) demande dans son programme de développement durable à l’horizon 2030 de doubler la productivité agricole en soutenant davantage les exploitations locales, d’assurer la viabilité des systèmes de production alimentaire tout en préservant les écosystèmes et de garantir le bon fonctionnement des marchés de denrées alimentaires.

Des denrées locales et durables

En Suisse la production de denrées locales et durables fait également partie des préoccupations du moment: le peuple est appelé à voter le 24 septembre prochain sur les principes de la sécurité alimentaire que le gouvernement prévoit de fixer dans la Constitution. Issu du contre-projet à l’initiative Pour la sécurité alimentaire lancée par l’Union des paysans suisses en 2014, le texte complète cette dernière en étendant le concept à toute la chaîne agroalimentaire, du producteur au consommateur et en incluant les importations étrangères.

Avec une production indigène couvrant seulement 55% des besoins de la population, ce renforcement de l’agriculture reste primordial. La Suisse perd en outre 1m2 de terre cultivable par seconde et sa population devrait croitre de plus de deux millions de personnes d’ici à 2050. Pour pouvoir augmenter l’auto-approvisionnement du pays, l’objet en votation prévoit que la Confédération donne les conditions cadre pour préserver les sols et les surfaces agricoles.

Les agriculteurs seront quant à eux encouragés à produire des denrées alimentaires locales en protégeant efficacement les ressources naturelles. L’agriculture et le secteur agroalimentaire devront en outre répondre aux exigences du marché et ne pas compter seulement sur des subventions de l’État. Concernant les échanges commerciaux, les relations transfrontalières permettant à la Suisse de compléter sa production indigène par des importations étrangères – à hauteur de 40% – et d’acquérir des équipements agricoles doivent être facilitées.

Ces relations permettront au pays d’exporter plus facilement ses produits, notamment la viande et le fromage. Enfin, les consommateurs devront adopter un comportement plus responsable visant la réduction des déchets.

Sources: Les Echos, 29.06.2017; Le Courrier, 30.06.2017; Tribune de Genève, 20.07.2017 ; Le Monde, 02.08.2017; fao.org, 07.08.2017


Découvrez d'autres articles

Fin de la tolérance communale: la mesure qui fâche les entreprises genevoises

Fin de la tolérance communale: la mesure qui fâche les entreprises genevoises

7 mai 2018 - Paru dans Entreprise Romande

les PME ne comprennent pas forcément les nouvelles taxes qu’on leur impose.

Lire plus
«Faisons passer la balle jaune au vert!»

«Faisons passer la balle jaune au vert!»

5 avril 2018 - Paru dans Entreprise Romande

Depuis la mi-novembre 2017, l’Association Régionale Genève Tennis (ARGT) a lancé une opération visant à récupérer les balles usagées dans les clubs de la région, afin de leur donner une deuxième vie.

Lire plus
La fin des tolérances communales incitera les PME à recycler davantage

La fin des tolérances communales incitera les PME à recycler davantage

31 janvier 2018 - Paru dans Entreprise Romande

Depuis le 1er janvier 2018, la suppression des tolérances communales, qui permettait de collecter gratuitement deux sacs de cent dix litres par semaine pour le compte des entreprises situées sur...

Lire plus