Tourisme: les pas qui comptent

 | Paru dans Entreprise romande  | Auteur : Maurice Satineau
visuel visuel

Le secteur touristique entre dans une nouvelle ère. Mais pas à pas, car il s’agit d’une activité basée sur le quotidien.

Selon une récente étude de Credit Suisse, la Suisse devrait enregistrer quelque quarante millions de nuitées cette année, soit 50% de plus qu’en 2005, en incluant le tourisme indigène. En termes économiques, la croissance reste deux fois plus rapide que celle des autres secteurs, avec un net avantage pour les villes. Mais l’heure est à la singularité sur tout le territoire et tous les acteurs ne paraissent pas égaux devant l’outil numérique. «Si les grandes chaînes internationales peuvent tirer profit d’économies d’échelle, les petits hôtels à la gestion familiale doivent faire redécouvrir leur charme particulier, leur service hors pair ou leur caractère traditionnel et le commercialiser de manière active», lit-on dans cette étude.

Burkhard Varnholt, CIO de Credit Suisse (Suisse), note la poussée de l’agglomération zurichoise ces trois dernières années. Il estime que dans la région genevoise, le Léman Express, le plus grand RER transfrontalier d’Europe, donnera certainement dès décembre un nouvel élan aux voyages. Il faut toutefois prendre garde aux statistiques: le nombre de visiteurs est une chose, leurs dépenses en est une autre et ces dernières sont l’élément décisif du point de vue économique. Ainsi, la France détient le record mondial du nombre d’arrivants, mais les rois du chiffre d’affaires sont les Etats-Unis. Selon les projections de l’Organisation Mondiale du Tourisme, la planète devrait voir se déplacer 1,8 milliard de voyageurs internationaux en 2030, soit quatre cents millions de plus qu’aujourd’hui.

Dans la tendance

La Suisse est dans la tendance, car le continent européen accueille 51% des arrivées sur le globe. Pourtant, il ne faut plus avoir une stratégie de tourisme de masse. Chaque visiteur est susceptible de vouloir une expérience bien à lui. A Paris, une étude de l’institut de recherches Montaigne lance un avertissement qui va bien au-delà du marketing. Les millenials, nés avec le numérique, voudront se déplacer «en quête d’instantanéité, d’authenticité, d’émotion». L’activité touristique va prolonger un mode de vie. Au chapitre du Brexit, on sent une certaine attente des professionnels. La monnaie anglaise a tendance à baisser, ce qui va alourdir la note des vacances à l’étranger pour les Britanniques. Le pire des scénarios envisage de 5% à 10% de venues en moins en Europe, de façon durable dans le temps. Simultanément, les destinations au sein du pays seront plus attractives pour les indigènes. La question des visas avec l’Union européenne n’est en outre pas entièrement réglée.


Découvrez d'autres articles

Fondation foyer handicap: Une volonté de renforcer l’intégration de ses bénéficiaires

Fondation foyer handicap: Une volonté de renforcer l’intégration de ses bénéficiaires

15 mai 2019 - Paru dans Entreprise romande

Il y a cinquante ans, la fondation Foyer Handicap a fait office de pionnier dans l’intégration de personnes en situation de handicap physique à Genève.

Lire plus
Objectif: cinq cents millions pour l’innovation

Objectif: cinq cents millions pour l’innovation

20 mars 2019 - Paru dans Entreprise Romande

Dès le mois d’avril, les entreprises innovantes en croissance pourront obtenir des financements d’un nouveau fonds, le Swiss Entrepreneurs Fund (SEF).

Lire plus
La Suisse est-elle un piètre élève en matière de sécurité au travail?

La Suisse est-elle un piètre élève en matière de sécurité au travail?

9 novembre 2018 - Paru dans Enterprise Romande

La Suisse a un taux d’accidents du travail plus élevé que la moyenne européenne. Probablement à cause de biais statistiques, estiment les instances compétentes en Suisse. Aucune étude n’ayant été...

Lire plus