«Les entreprises suisses sont bienvenues sur les marchés publics français»

10 février 2016  | Paru dans Entreprise Romande  | Auteur : CORMON Pierre
visuel visuel

Accéder pour la première fois aux marchés publics français, pour une entreprise suisse, est-ce facile? Non. Est-ce impossible? Non plus. Il faut se familiariser avec un certain nombre de procédures et de particularités. Des outils et des ressources existent pour faciliter la démarche. C’est ce qui est ressorti d’un séminaire sur les marchés publics en France, organisé par la Chambre de commerce et d’industrie France Suisse et la Chambre vaudoise de commerce et de l’industrie

Les entreprises suisses, en effet, sont les bienvenues en France, où elles jouissent d’une excellente réputation. «Je discutais récemment avec les responsables des hôpitaux de Lyon, qui regrettaient que les entreprises de medtech suisses ne soient pas plus nombreuses à participer aux marchés publics, alors qu’elles pourraient apporter des solutions innovantes», raconte Fred Fontaine, consultant français en ingénierie administrative des marchés. «On entend la même chose de la part des aéroports de Lyon ou de la métropole de Lyon».

Comment s’y prendre? Premier conseil: «allez à la rencontre des acheteurs et présentez-leur vos nouveautés», insiste Fred Fontaine. Deuxième conseil: «mettez une veille en place», ajoute Jean-Luc Rouchon, avocat français spécialisé dans les marchés publics. Le site www. achatpublic.com groupe des adjudications d’un certain nombre de collectivités publiques, mais certaines entités ont leur propre plateforme, à l’instar de la SNCF. Les adjudicateurs choisissent parfois des mots-clés inattendus, ce qui peut compliquer la tâche des candidats.

La Chambre de commerce et d’industrie France Suisse a donc mis sur pied un service de veille, qui sélectionne les offres en fonction des critères déterminés par l’entreprise. Avec les coûts des entreprises suisses, il ne vaut la peine de participer que si l’on est en mesure de proposer des solutions vraiment innovantes. Mais ce n’est pas ce qui manque en Suisse!