Aussi surprenant que cela puisse paraître, ce sont des travailleurs qui sont à l'origine de la Fédération des Entreprises Romandes Genève. 

Pendant l'entre-deux-guerres, les syndicats d'obédience chrétienne s'inquiétaient de la montée du socialisme et de la doctrine de la lutte des classes. Ils ont donc proposé aux patrons de bonne volonté de s'allier à eux dans une organisation qui aurait pour principe la coopération des classes: patrons et travailleurs collaboreraient au sein des différentes branches professionnelles pour trouver des solutions aux problèmes économiques et sociaux (conditions de travail, assurances sociales, etc.).

C'est ainsi qu'est né en 1928 le Groupe patronal interprofessionnel, dont est issue la Fédération des Entreprises Romandes Genève. Il coordonnait différentes associations professionnelles dans lesquelles les patrons étaient répartis. Avec les syndicats chrétiens, elles formaient la Fédération genevoise des corporations.

Le mouvement gérait plusieurs institutions sociales, comme des bureaux de placements, des caisses de chômage, d'assurance-maladie ou d'allocations familiales.

Le corporatisme, très puissant dans les années 30, n'est cependant pas parvenu à instaurer la paix sociale. En 1946, la Fédération genevoise des corporations a disparu et sa composante patronale a pris le nom de Fédération des syndicats patronaux. Parallèlement, elle s'est alliée avec d'autres organisations patronales romandes pour former la Fédération romande des syndicats patronaux.

Depuis cette date, la Fédération s'est toujours partagée entre deux grandes tâches. D'une part, la gestion d'institutions sociales (caisses d'allocations familiales dès 1932, caisse AVS dès 1948, 2ème pilier dès 1961…). De l'autre, la défense des différentes branches qui la composent et des intérêts des milieux économiques au sens large. Elle est notamment très active sur le terrain du partenariat social: par exemple, elle appuie les associations professionnelles lors des négociations des conventions collectives de branche avec les syndicats de travailleurs.

Au cours des années, divers services ponctuels aux entreprises ont été mis sur pied, comme un service juridique ou un service des salaires et des paies.

En 2003, l'organisation a changé de nom et est devenue la Fédération des Entreprises Romandes Genève. Quant à la Fédération romande des syndicats patronaux, elle est devenue la Fédération des Entreprises Romandes.

Alors que 150 entreprises étaient affiliées à la Fédération genevoise des corporations en 1932, la Fédération des Entreprises Romandes Genève compte maintenant plus de 80 associations professionnelles et 27'000 entreprises membres, dont 9'000 indépendants.